Il était une fois dans l'Est ❘ Un Quotidien Lointain ❘ 12/30

  • Date : 18/04/2024
  • Lieu : Bouligny
  • Type : Audio
  • Auteur : Stéphane Rog
PLAY/PAUSE
Il était une fois dans l'Est ❘ Un Quotidien Lointain ❘ 12/30
UN QUOTIDIEN LOINTAIN :

Bonjour, Nous sommes les élèves de troisième du collège Joliot Curie à Tucquegnieux.
On travaille avec la compagnie La Bande Passante sur le projet qui s'appelle "Il était une fois dans l'Est".
Et on voudrait savoir : c'était quoi avoir quatorze ans ici ?

Comment vous appelez vous ?

Je m'appelle Rog Stéphane.

En quelle année êtes-vous né ?

Je suis né en mille neuf cent quarante et un, le premier septembre, parents polonais.
Mon père est arrivé en mille neuf cent vingt-huit à la mine à Bouligny, au mois d'octobre.
Ma mère est arrivée pour le regroupement, le jour de la Sainte-Barbe, en mille neuf cent trente-six.

Où habitiez-vous quand vous étiez adolescent ?

J'ai pas déménagé. Je suis venu à la rue Germeau le six novembre mille neuf cent Quarante-et-un.
J'habite toujours dans la rue. Donc je suis arrivé au soixante-quinze, après j'ai déménagé au trente et un là.

Aviez-vous fait des bêtises quand vous étiez adolescent ?

Ma mère était au jardin et il y avait le marchand de glaces qui passait, il avait un triporteur, Sabatini. La glace à la vanille, pour la mère et pour la fille, de la glace au chocolat pour le papa et machin.
J'avais pris le porte-monnaie de ma mère, je me rappelle un vieux porte monnaie en cuir. C'était vingt franc à cette époque-là, ou vingt centimes, puis j'avais acheté une glace aux copains, mais je n'ai pas été battu.

Avez-vous des souvenirs de Noël ?

On n'avait rien pour Noël, rien.
Pas de sapin, pas d'Orange.
On n'avait rien du tout.
Il y avait des familles de dix-sept gosses, une famille de quatorze, une famille de treize, une famille de dix, une famille de douze.
Chacun avait un cochon, puis au mois de janvier, quand c'était des périodes froides, ou au mois de février, on avait des tueurs, des tueurs de cochons qui travaillaient à la mine.
Alors ils venaient là. Il y en avait pour quatre jours, tuer.
Le cochon, il était là, comme ça assis, l'autre il le tenait, l'autre avec la masse il l'assommait, tout de suite il le saignait. Puis après ils faisaient tous les produits. Nous les Polonais, après on faisait des produits polonais, la kaszanka, tout ça. Il nous le découpait comme le boucher et lui il se prenait un petit peu pour le travail, il ramenait à la maison, peut-être un kilo deux kilos.

Il me rappelle, il y avait un de Spincourt aussi, un docteur, enfin un vétérinaire, pour castrer les petits cochons. Alors il y avait un de devant, il passait, un jeune, avec la sonnette « tin tin tin tin tin ». Puis chacun avait les petits cochons, on achetait pour les engraisser, on les castrait et lui il récupérait dans le sac, pour les griller, il aimait bien, les bonbons fris comme ça, comme les rognons.

Il était une fois dans l'Est est un projet de collecte documentaire mené par la cie La Bande Passante et les élèves du Collège Joliot Curie de Tucquegnieux, avec le soutien de Scènes et Territoires en Lorraine, de la communauté de communes du Pays Haut, et du conseil départemental de Meurthe et Moselle. Montage : Laurence Moletta. Dessin : Etienne Gendrin. Musique : Thomas Guiral.